Lettre ouverte de Jean-Luc et Virginie Bonedeau

Nous nous présentons, Jean-Luc et Virginie Bonedeau, habitant à Saintes.

Nous avons d’abord rencontré André Jacquet en tant que psychologue et découvert le groupe GIROLLE par l’intermédiaire de nos parents qui se sont engagés dans une démarche spirituelle avec d’autres membres de cette association à Salignac.

Étant restaurateurs et travaillant midi et soir six jours sur sept, nous avons confié nos filles, qui à cette époque avaient 8 et 12 ans, à nos parents pour leur assurer une stabilité familiale et un suivi scolaire. Nous avons vécu à cette époque tous ensemble.

À NOTRE demande et avec son accord, André Jacquet a accepté d’inscrire nos filles au groupe des jeunes de GIROLLE avec d’autre enfants de la même tranche d’âge.

Nous avons souhaité faire découvrir à nos enfants une orientation intellectuelle et un élargissement de conscience, par les mathématiques, la philosophie, la psychologie et la spiritualité, que nous ne connaissions pas.

Pendant ces années passées avec le groupe des jeunes, nos enfants se sont épanouis intellectuellement avec des résultats scolaires et universitaires impressionnants. Nous le devons à nos parents et au groupe GIROLLE et nous les en remercions avec beaucoup de gratitude.

Je suis au courant des démarches spirituelles et religieuses organisées au sein du groupe GIROLLE et depuis plus de 6 ans, moi, Virginie j’ai des entretiens d’analyse réguliers avec André Jacquet.

Durant mes visites, j’ai eu le plaisir de faire la connaissance d’Olivier Jacquet et de sa famille.

Lors de mes différentes rencontres avec la famille, j’ai ressenti de la joie, de la générosité, du respect et de l’amour qui contribuaient à l’épanouissement des enfants. Il m’est arrivé de prendre les jumeaux Gabriel et Michael et leur grande sœur Isabelle en balade. Durant ces moments j’ai pu constater que les jumeaux avaient une énergie hyper débordante et une curiosité insatiable qui me demandaient une surveillance de tout instant et une sévérité nécessaire pour le bienêtre et la sécurité de tous. Ils ne m’ont jamais fait part de mal-être et de punitions corporelles ; ce sont des enfants très équilibrés et intelligents qui peuvent reconnaitre le bien du mal, j’en suis convaincue. Pour contrebalancer leur exubérance un contrôle strict est nécessaire ; il est exercé par les parents dans une patience et un amour que j’admire.

Nous sommes de tout cœur avec eux dans ces moments difficiles.

Virginie et Jean Luc Bonedeau (avec l’aimable transcription de Henri et Michelle Denet)